Principe de fonctionnement du Pulsoréacteur

Publié le par Bruno Choquel

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT
·         Principe :
C'est à Huygens que l'on doit la découverte d'un phénomène de base utilisé dans les pulsoréacteurs : une capacité brusquement ouverte se vide au delà de l'équilibre avec le milieu extérieur et s'établit transitoirement en dépression. La chambre de combustion du pulso utilise cet effet de dépression assurant ses remplissages successifs et une combustion approximativement à volume constant.
Donc la combustion dans un pulsoréacteur s'apparente à celle d'un moteur 2 temps à piston, plutôt qu'à celle d'un turboréacteur où elle est continue. 
 
 
·         Admission :
A la mise en route, on injecte de l'air comprimé (4 à 8 bars selon les moteurs); Le carburant est ainsi vaporisé à travers les clapets et pénètre dans la chambre de combustion. 
  
·         Explosion :
Les premières explosions sont réalisées grâce à une bougie et un allumage haute tension (bobine de roumkoff + vibreur). Lors de l'explosion du mélange, le volume triple, cette augmentation de pression a pour effet de fermer les clapets. Les gaz brûlés ne peuvent s'échapper que vers l'arrière, créant ainsi la poussée.
Les explosions suivantes sont entretenues par le contact du mélange sur les parois chaudes et la bougie devient donc obsolète. (C'est la raison pour laquelle on utilise pour l'allumage, une bougie amovible que l'on introduit par la tuyère au démarrage)
 
 
·         Re-Admission :
L'échappement des gaz chauds crée une dépression dans la chambre de combustion. Cette pression devient inférieure à la pression externe, les clapets s'ouvrent, le carburant pénètre dans la chambre, s'enflamme au contact des parois chaudes et ... un nouveau cycle commence ! Ceci à une fréquence de 200 à 300 fois par seconde ce qui explique le bruit sourd de ce type de propulseur.
 

   

Merci à Jamy dont ce texte faisait parti de son site.

Publié dans pulsoreacteur

Commenter cet article

Jamy 11/11/2010 12:21



ça fait toujours de mon site, j'suis pas encore mort !