L'OPIUM

Publié le par Bruno Choquel

L'Opium est un avion conçu, construit et mis au point par Lionel Zimmerman (avec l'assistance d'Eric Collin qui possédait également un exemplaire) dans les années 80.

Il vola souvent en meeting, notamment dans le nord de notre beau pays, ou il fut remarqué par une vitesse impressionnante à l'époque (et encore aujourd'hui) de 326 km/h, vitesse prise au radar.

Il fut oublié dans un coin, puis vendu quand lionel arrêta le pulso pour se consacrer au réacteur.

Séduit par sa ligne, je l'ai ensuite racheter (avec les miettes de celui d'Eric...) pour compléter ma flotille de pulso.

Il est équipé d'un moteur fabriqué aussi par Lionel. C'est une sorte de copie du Z24 mais qui développe 5 kg de poussée et consomme une "margueritte" par vol ! Son train est largable.

Le voici à l'issu du premier vol que j'ai fais à ces commandes. Les pires 3 minutes que j'ai eu de ma vie aux manches d'une radio !!!! Imaginez un avion centré arrière à plus de 300 km/h ... (le centrage avait été fait "au pif" car Lionel ne se souvenait plus au était son repère...). De quoi "péter" un tensiomètre ! (sans compter les spectateurs un peu perplexes, pour ne pas dire apeurés...) :

Son plus gros défaut, et non des moindre, est sa trajectoire au décollage qui ne reste pas forcément (et plutôt pas souvent) dans l'axe...

Je l'ai donc modifié en y mettant un train, toujours largable, à trois roues :

La trajectoire au décollage est ainsi assurée, mais cela n'enlève en rien le fait que l'avion est lourd pour sa faible surface alaire, surtout avec l'ajout de plomb pour son centrage. Cela se traduit en vol par un léger "déclencher" à chaque fois que l'on touche la profondeur en virage... de quoi augmenter encore un peu plus le stress.

 Voici donc les deux dernières photos prise juste avant son dernier vol :

Là, il est prêt à être démarré

 

Entouré par Julien (à G) et Alexandre (à D), les mécanos de service, le décollage est imminent :

 Je vous passe le résultat de l'atterrissage...

Suite à un vol mouvementé où il fallut régler les trims (chose pourtant facile, mais à plus de 300 km/h on a du mal à lacher les manches, la concentration vous rend muet pour demander de l'aide, et les mécanos ne sont pas encore télépathes, même s'ils comprenaient bien qu'il y avait un pb...) le moteur s'est coupé au bout de seulement 1 min 06 de vol. Un peu de panique sur le terrain, Julien était parti chercher le train et je ne le situais pas (il était cependant en sécurité), le réservoir n'était pas vide (donc l'avion encore très lourd) et la vitesse très importante par l'inertie emmagasinée. Malgré un grand circuit d'approche pour le ralentir (et toujours ces petits "déclenchés" en virage), le contact avec la piste fut un peu brutal et le touché de l'aile cassa le bel oiseau.

Bon, il est réparable, mais l'ajout de colle ne va pas l'alléger... ça fini par me faire peur...

Si ça tente quelqu'un, je veux bien le vendre...

 

 

Publié dans Avions

Commenter cet article

farouji 30/03/2011 20:24



bonjour, je suis intéressé par votre avion meme cassé.Pouriez-vous me répondre meme s'il est  vendue.


A bientot merci


 


 



dupuis 28/12/2010 12:24



je me rapel de l opium il pouvait atteindre les 380 km/h voir 400 km/h



Jamy 22/07/2006 12:08

ça c'est vrai qu'in ne reste pas dans l'axe !

samy 06/04/2006 19:52

heu, non merci bruno, pourtant cela me tente bien le pulso, mais je préfèrerai commencer par un truc du genre "mobylette" du pulso... ça n'existe pas?! houlà, ça va etre chaud alors ;-) !